Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nouveaux média

  • La communication va bien, merci

    Vu sur le site de l’APEC , les résultats d’une étude qui annonce que les métiers de la communication ont le vent en poupe.
    En cause, bien sûr, la révolution des nouveaux média. La publicité en ligne, l’e-mailing, le marketing viral, les services sur téléphones mobiles… sont autant de nouveaux outils de communication que s’approprient les marques et qui ont donné un nouvel élan et une nouvelle dimension à la conception de stratégies de communication.
    Dans ce contexte, et toujours selon l’enquête Ujjef Communication et entreprise, la clé de la réussite des communicants repose désormais sur leur polyvalence. Savoir jongler entre les Relations Presse, l’édition, le web, l’événementiel… une qualité indispensable dans le monde de la communication 360°, dont j'ai déjà parlé .
    Dernière qualité requise, vous ne serez pas étonné, le relationnel. Selon l'enquête de l'Ujjef, 94% des recruteurs jugent qu'ils ont de plus en plus besoin de cadres dotés de qualités relationnelles.
    En résumé, le candidat idéal à la communication, c’est :
    - celui pour qui les nouveaux média n’ont plus de secret,
    - celui qui maîtrise toutes les composantes du métier, des relations presse à la publicité on et off-line aux campagne e-mailing
    - celui qui a choisi son métier pour de bonnes raisons : il aime et sait communiquer !
    Pour conclure, une bonne nouvelle qui réjouit la chômeuse que je suis. De 2005 à 2015, 61 000 emplois devraient être créer dans la communication. Il y a aura de la place pour tout le monde alors!

     

  • Les grandes tendances marketing du moment

    En s’appuyant sur l’avis d’experts, le Journal du Net a dégagé les trois grandes tendances marketing de l’année 2008. Et voilà en résumé, ce qu’il ressort de ce dossier :
    - les consommateurs ne sont plus passifs, ils s’informent sur les produits, ne se contentent plus des messages publicitaires des marques, s’inquiètent de ce qu’ils achètent (d’où par exemple le succès du bio et du commerce équitable). De fait, les entreprises ne contrôlent plus leur image et doivent faire face au phénomène internet, forums et autres avis de consommateurs, qui peut générer du bon ou du mauvais buzz. Aux entreprises, donc, d’utiliser au mieux les nouveaux médias, notamment en multipliant les points de contacts avec les consommateurs via la communication 360° (média traditionnels, web, mobile, street marketing, points de vente etc.)
    - on assiste à une personnalisation, une segmentation de plus en plus forte du marketing relationnel, symbolisée par l’arrivée du géomarketing et du datamining. C’est une tendance forte mais les entreprises ont encore de gros efforts à faire pour exploiter au mieux leurs bases de données. Dans cette mouvance, le nombre de mailings ultra-ciblés augmente au détriment des mailings classiques. Ainsi, le marketing en temps réel, c’est-à-dire toucher le client pendant des moments de consommation pertinents (déjà utilisé par la Poste) devrait s’imposer car il offre un ROI bien meilleur qu’une campagne classique.
    - en termes de politique de prix, on assiste à une « polarisation » du marché, avec deux grandes tendances diamétralement opposées qui émergent. Soit les marques, même mass-market, s’orientent vers une stratégie luxe et élitiste à l’instar de l’iPhone d’Apple ou Nespresso. Soit au contraire, elles affichent une politique agressive de prix bas, comme Ikea ou encre les MDD, marques de distributeurs, en pleine croissance.

  • Communiquons à 360°

    La communication 360° est un phénomène relativement récent, qui a pris réellement son essor l’année dernière. Enième « cadeau » des nouvelles technologies au marketing et à la communication, la communication multi-canal (aussi appelée communication holistique… rien que ça !) consiste à multiplier les ponts de contacts de l’entreprises avec ses consommateurs.
    J’ai retrouvé sur Stratégies un papier qui analyse les résultats d’une enquête Ipsos menée auprès de professionnels européens de la communication. D’accord, ladite étude remonte à novembre 2006 (des décennies en années internet me direz-vous), mais on y trouve quelques données intéressantes. Ainsi 75% des professionnels français interrogés disaient aborder régulièrement ce sujet dans leur réflexion. Ce que je retiens surtout de cette étude, ce sont les freins au déploiement de campagnes 360° car je pense qu’ils sont encore d’actualité :
    - le manque d’outils de mesure performants et fiables pour analyser les retombées d’une action
    - la méconnaissance des nouveaux média et de leur potentiel d’utilisation pour une marque
    - des problèmes d’organisation car, chacun en est bien conscient,  la mise en place d’une stratégie 360° implique nécessairement de repenser en agence comme chez l’annonceur les méthodes et les structures de travail. A noter d’ailleurs que sur cette question-là, les professionnels français sont beaucoup plus frileux que leurs collègues européens...