Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

investissement communication

  • Vous avez dit réseaux sociaux ?

    Quelques études sorties ces derniers jours tendent à remettre en cause la révolution des réseaux sociaux dont, nous, bloggeurs communicants et marketeux, nous gargarisons tant.
    La première, dont j’ai entendu parler sur Influencia, a été menée par Survey Sampling International auprès de professionnels de la communication. Et bien, il apparaît que les réseaux sociaux ne sont franchement pas une priorité dans les plans de promotion : 19% des professionnels français incluent le web 2.0 dans leur stratégie ! Autre chiffre édifiant : les investissements sur les réseaux sociaux ont chuté de 50% en l’espace d’un an… Pour autant, ces mêmes professionnels sont eux-mêmes clients des Facebooks, Linkedin et autre puisque 50% d’entre eux avouent aller sur ces sites de réseautage tous les jours.
    Les chiffres de cette étude sont à mettre en parallèle d’une autre, commentée sur Mashable. Selon un récent rapport de Synovate, 58% des adultes dans le monde ne savent pas ce que sont les réseaux sociaux. Si l’on reste franco-français, on se rend compte que seuls 21% des répondants disent s’en désintéresser complètement.

    réseau.jpg

    Que penser de ces chiffres ?
    Hypothèse 1 : on se plante complètement, pariant sur de nouveaux services dont le succès n’est qu’un phénomène de mode. Nos enfants ne connaîtront jamais Facebook et autres Myspace… Hypothèse hautement improbable à laquelle j’ai du mal à croire. Parce qu’enfin, si l’audience des média sociaux a augmenté de 25% entre juin 2007 et juin 2008, alors que celle d’Internet n’a augmenté que de 11%, c’est bien qu’il est en train de se passer quelque chose non (merci au blog Média Sociaux pour les stats !) ? Alors comment expliquer les chiffres sus-cités ?
    J’en viens donc à l’hypothèse 2. Sur la baisse des investissements par les professionnels, c’est peut-être tout simplement conjoncturel. Avec la récession économique, les entreprises revoient à la baisse leurs budgets de communication. D’autres s’étaient peut-être aussi lancés tête baissée dans les réseaux sociaux, séduits par le buzz qu’il existait autour de ce nouveau phénomène. Et déçus de s’apercevoir qu’il n’y avait de retour sur investissement immédiat (ah, il est terrible ce ROI), ils se sont lassés de ce nouveau jouet et sont passés à autre chose. Et concernant les stats sur les utilisateurs de réseaux sociaux, il faut évidemment les relativiser. Bien sûr que sur les adultes de 18 à 65 ans, il y a encore une large proportion de non-initiés. Ils y connaissent quelque chose en Viadeo vos grands-parents ? Parce que les miens, ils croient que je leur parle en italien !
    Morale de l’histoire : on fait bien dire aux chiffres et autres statistiques ce que l’on veut. Ce n’est quasiment presque qu’une question de rhétorique et d’enrobage de l’information. Et à ce jeu-là, les communicants et les marketeux sont redoutables, non ?