Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

google reader

  • Le mot de la semaine : fluxer

    cyberdépendance.jpgVous fluxez vous ? Parce que moi, oui, beaucoup et plusieurs fois par jour même. C'est simple, j'ai du mal à m'en passer plus de 24h... Et si je suis honnête avec moi-même (et du coup avec vous, chers lecteurs), je dois bien fluxer au moins une heure par jour.
    Est-ce grave ? Est-ce je dois consulter ? Meuuu noooooooooooonnn. Vous rigolez ou quoi ? Vous espérez peut-être que je vais dévoiler ici un vice inavouable ? Attention, j'ai entendu parlé de personal branding, alors je fais un peu attention à ce que je raconte quand même.
    Donc rassurez-vous, quand je fluxe, je ne fais rien de grave. Je ne fais que lire les flux rss de mon Google reader. C'est ma petite veille en ligne quoi.
    Je trouve amusante la sonorité de ce énième nouveau terme inventé par ces e-marketeux décidémment toujours très en forme. Et il y en a encore plein d'autres comme adworder, ereputer, netiquetter... Je vous laisse toutes les découvrir, ça peut servir pour vos prochains dîners en ville.

  • Trop d’info tue l’info

    balai.jpgJ’ai compté, j’en ai 84. 84 abonnements dans mon flux Google Reader. Et depuis quelques temps, je me rends compte que je n’y lis plus rien. Je survole, c’est tout. Tellement découragée par ces billets et articles en retard, je ne prends plus le temps de m’informer. Et puis, c’est horrible cette pression : « 234 éléments à lire ». Alors oui, j’avoue, je clique parfois lâchement sur « tout marquer comme lu ».
    Conclusion (bon d’accord, je ne vous l’apprends pas) : trop d’info tue l’info. Vraiment. Et re-conclusion, je ne suis même plus l’actualité qui m’intéresse normalement.
    Morale (parce que j’en ai déjà fait beaucoup avec la conclusion) : il faut absolument que je fasse du tri et que je me débarrasse de certains flux superflus. Voilà. A bientôt alors, avec de vraies infos repérées dans mon flux.

  • 3'000… le chiffre du jour

    Tiens, je viens de consulter ma liste de suivi d’articles sur mon Google Reader et oh surprise, je me rends compte qu’une vingtaine d’articles sont là, en souffrance, qui attendent que je parle d’eux sur mon blog.
    Je vais procéder avec ordre et méthode et commencer par ce chiffre aussi simple qu’effrayant (enfin, ce n’est que mon humble avis) : 3'000. Et oui, chaque jour en moyenne, à notre corps défendant (ou non), nous sommes exposés à environ 3'000 messages publicitaires. Rien que ça. J’ai trouvé cette info sur le site de Drew, elle-même inspirée par une étude menée par Nixon McInnes.
    Ce chiffre en dit long sur la pollution publicitaire qui nous environne et surtout, sur la grande difficulté que rencontrent les publicitaires pour se faire plus entendre et remarquer que leurs voisins. Et c’est là que s’affrontent deux écoles. D’un côté, il y a celle des créatifs qui optent pour des campagnes originales qui marquent les esprits… Par exemple, en ce moment, j’aime bien la campagne pour la sécurité routière où Karl Lagerfeld est mis en scène avec humour.
    De l’autre, il y a les campagnes de pur matraquage, qui proposent des pubs franchement peu originales mais qui sont tellement rabâchées à nos oreilles que l’on finit par les retenir. C’est une technique très utilisée par les lessiviers par exemple. A ce sujet, je viens de lire cet article intéressant sur le site de l’Entreprise, allez-y de ma part !