Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fred cavazza

  • Made in Fred Cavazza

    Ce Fred Cavazza est décidémment trop fort. Non content de partager avec nous sur son blog ses analyses et son expertise en matière de média sociaux, le voilà qui nous parle de tourisme.
    Avec quasiment autant de talent que lorsqu'il nous explique les phénomènes viraux, il nous entraîne avec lui au Chili, à déambuler dans l'un des nombreux centres commerciaux de Santiago ou encore à profiter de la douceur de vivre de la côte à Valparaiso.
    J'ai adoré ce billet touristique, saupoudré de données sur le marché de l'internet au Chili (on ne se refait pas!). Et comme le dit Sylvain dans les commentaires dudit billet, "Ton blog est vraiment toujours plein de surprises, tes billets avec du contenu souvent production 100% Cavazza".
    Je sais que la blogobulga (pour plagier Eric de l'Express, un autre de mes flux favoris) est assez adepte de réglements de compte et même parfois de gué-guerres dignes d'une cour de récréation. Mais j'aime aussi l'idée que l'on puisse dire ce que l'on aime et reconnaitre à certains un vrai talent. Alors bravo Monsieur Cavazza et merci !

  • La blogosphère en émoi

    Pendant que certains se la coulent douce au camping de Palavas les Flots, il se passe ici bas, sur le ouèbe, des choses graves qui mettent toute la blogosphère en émoi. J’annonce cela sur le ton de la plaisanterie, mais c’est assez sérieux. Les bloggeurs, surtout lesdits influents, seraient victime d’un lynchage un peu médiatique et aussi venant de leur propre communauté.
    Le succès de leurs blogs se retournerait contre eux à tel point que l’un des plus célèbres, Versac a carrément décidé de mettre la clé sous la porte de son blog : marre d’être la cible des journalistes « traditionnels » comme Morandini et Apathie, marre d’être mal compris, marre des commentaires insupportables sur son blog.
    Il y a d’autres exemples, moins « dramatiques » (quoique), comme celui de Ronan de Business Garden, qui se fait harceler et même menacer par des internautes anonymes aussi lâches que malsains. Quant à Eric de Presse-Citron, qui malgré (ou à cause de ?) sa popularité et des billets rarement polémiques, il a parfois du mal à gérer le manque d’humour et de second degré de certains de ses lecteurs… On a ainsi pu lire des commentaires du style : « arrête Eric de dire qu’avec Guitar Heroe, on peut devenir de vrais guitareux, parce que c’est pas vrai, moi j’ai été obligé de faire le conservatoire pour avoir le talent que j’ai aujourd’hui, alors, me compare pas à ces faux guitareux ok ? ». Perso, je trouve ça aussi drôle qu’affligeant mais je comprends que pour le bloggeur concerné, ça devienne très fâcheux d’avoir certains lecteurs vraiment idiots d’être à ce point mal compris.
    A ce sujet de la difficile condition des bloggeurs, je vous conseille d’ailleurs ce très bon papier de Fred Cavazza, toujours très perspicace dans ses analyses.
    Les journalistes eux aussi doivent aussi gérer leur lot quotidien de commentaires difficiles à gérer. Eric de l’Express l’exprime très bien sur son blog. A le lire, je me rends compte de la violence et de l’agressivité de certains internautes, qui utilisent les commentaires d’articles pour cracher toute leur haine et leur agressivité. Tristes internautes qui n’ont trouvé que ce moyen lâche pour se donner un peu d’importance.
    Aux yeux de certains, tout cela pourrait sembler léger et vraiment futile. Mais, il s’agit bien de l’identité numérique des bloggeurs. Et dans identité numérique, il y a identité… d’où l’importance des enjeux.