Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fadhila brahimi

  • Un site officiel de marque ne suffit plus

    bloxx_community_management1.jpgCe n'est pas moi qui le dit, c'est Fadhila Brahimi, une référence en matière de personal branding. Elle a donné une interview très intéressante que je vous encourage à lire sur le blog "Carnet de Com" que je découvre pour l'occasion. L'interview est pleine de conseils très pratiques et plein de bon sens pour bien gérer sa propre identité sur internet.
    Mais le passage qui m'a le plus intéressé, c'est celui concernant le community management pour les marques. L'idée n'est pas nouvelle, mais ça va mieux en mettant les choses noir sur blanc et de manière aussi tranchée : "Un site officiel ne suffit plus. La marque doit aller vers le client". Tout est dit dans ces quelques mots qui sous-entendent la forte influence des réseaux sociaux, le fait que les consommateurs puissent maintenant se faire entendre autant (voire plus) que les marques elles-mêmes, l'interaction qu'il existe maintenant entre une marque et son public.
    Le site vitrine est morte, vive les réseaux sociaux !

  • Comment bloguer a changé ma vie

     

    blogger.jpgOui, je sais, c’est un peu fort... Mais c’est peut-être parce que j’en ai fait des tonnes dans le titre que vous avez eu envie de lire le billet, non? Technique de communication grossière, c’est vrai, mais ça marche puisque vos yeux m’ont suivi jusqu’ici!
    C’est la réflexion de Fadhila Brahimi sur le thème “je blogue donc je suis” qui m’a fait m’interroger. Car si bloguer n’a pas révolutionné ma vie, en revanche, cela a bien changé ma façon de travailler et d’envisager mon métier. Depuis bientôt un an, bloguer est devenu un exercice quasi-quotidien et voilà ce qu’il m’apporte:
    - Veiller. Pour trouver la matière qui va venir alimenter ce blog, je suis abonnée à près de 80 sources dans mon flux rss. Sites d’informations, blogs de emarketing ou de spin-doctors américains... je passe entre une et deux heures par jour à lire, à m’abreuver de nouvelles réflexions, à découvrir de nouvelles campagnes, à faire le tri des infos dont je veux parler ici, à m’interroger sur la façon dont je peux utiliser certaines données dans mon quotidien de communicante, à tenter de suivre tout ce qui se créé en nouveaux outils, à essayer de ne pas tout gober comme parole d’évangile, à me forger une opinion autour de telle ou telle polémique etc. Bien sûr cela représente du temps que je pourrais passer à buller devant un bon dvd, mais il m’est devenu indispensable. Pas seulement pour animer le blog mais surtout pour bien travailler,
    - Et c’est là le deuxième point essentiel du blogging. Cela oblige à prendre du recul et de la hauteur. Au travail, on a bien souvent la tête dans le guidon, passant d’une campagne emailing à l’organisation d’un événement... ce qui laisse généralement peu de temps pour réfléchir aux enjeux de notre métier et à ses évolutions. Bloguer est en cela devenu une parenthèse, une respiration nécessaires. Les papiers de fond que je lis sont des sources indispensables quand il s’agit de réfléchir à une stratégie de communication;
    - Une dernière chose, qui ne vous étonnera pas mais qui est essentielle, ce sont les échanges qu’occasionnent ce blog. Parfois dans les commentaires, mais j’ai aussi eu de belles surprises. Des lecteurs comme vous qui ont eu la bonne idée de me contacter en direct pour se parler d’une question précise, pour me proposer du travail (hé hé hé) ou tout simplement faire connaissance. 
    Bon vous l’avez compris, j’aime bloguer, malgré la contrainte que cela représente parfois en termes de temps. C’est extraordinairement enrichissant et j’espère que cela durera encore un petit moment. A bientôt alors!

  • Conseils sur l’identité numérique

    Toujours dans la série “je ressors les infos que j’avais mises de côté”, je vous invite à découvrir cette interview très instructive d’une recruteuse qui utilise beaucoup le web et les réseaux sociaux dans son travail. Découverte par Christophe, elle nous dit tout : pourquoi, comment, à quelles occasions et à quelles fins exploite-t-elle les nouveaux media?
    Directrice d’un cabinet d'un cabinet RH (et plus généralement en accompagnement des enterprises en mutation), Fadhila Brahimi porte une importance particulière à son identité numérique (la sienne et celle de son entreprise) et dit y travailler en moyenne une heure par jour.
    Par ailleurs, si elle estime ainsi que 30 à 40% des recrutements qu’elle fait aujourd’hui sont issus de contacts générés sur le web, elle sent que les dirigeants ont encore besoin d'être rassurés par rapport aux nouveaux média et que la conversion se fait petit à petit. Enfin, elle considère que la créativité et l’expertise prouvée (billets, vidéos…) peuvent supplanter l’expérience stricto professionnelle ou la formation initiale.
    Evidemment, dans la recherche d'emploi, le web reste un outil indispensable, et évidemment pas seulement pour y pêcher les petites annonces. A propos de la formation que je suis pour mon prochain retour à l'emploi (aïe, ça fait un moment que je vous avais annoncé un billet à ce sujet... il arrivera bientôt... chaque chose en son temps), je regrette que ce point de l'identité numérique ne soit pas abordé. Mais tout le reste de la formation est excellent et extrêmement instructif, donc aucun regret !