Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emailing

  • Les inactifs de l'emailing

    endormis.jpgJ'ai un client qui ne veut pas entendre qu'en moyenne, le taux d'ouverture d'un mailing est de l'ordre de 20 à 25%. Ca le dépasse, et du coup, il me pose la question à chaque campagne: pourquoi, comment, que faire ?  Au début, j'avais tendance à répondre bêtement, c'est vrai : "c'est comme ça, c'est les chiffres, ils disent ça sur le Journal du Net". Et à force de le voir si interloqué, il m'a communiqué son septiscisme et j'ai voulu comprendre moi aussi ces chiffres.
    Je suis donc retombée sur cet article que j'avais survolé à l'époque. Il apparaît que les base de contacts comprennent 50% de contacts inactifs en général. Autre chiffre étonnant : seuls 79 % de ces messages arrivent dans les boîtes de réception. Les autres finissent en spam ou plus probalement disparaissent...
    L'entretien, le nettoyage et la mise à jour de la base semble donc un enjeu primordial pour des campagnes efficaces. Comme écrit dans l'article de Web Marketing, une petite base de contacts réactive vaut mieux qu’une base conséquente mal entretenue avec une forte présence d’adresses inactives…

  • L'art de la newsletter

    Une newsletter, sur le principe, ça semble simple à imaginer et à réaliser. Et pourtant. Pour aboutir à une newsletter efficace, c'est-à-dire celle que l'on va ouvrir et qui va ensuite faire acheter, les étapes de réflexion et de création sont nombreuses.
    Pour preuve, cette étude réalisée par l'agence Altics qui compare les stratégies newsletters des plus grands ecommerçants. Quelles sont les bonnes et les mauvaises pratiques? Et le titre, est-ce si important (ouiiiiiiiii) ? Qu'est-ce que l'entonnoir de la conversation? De la théorie à la pratique, vous saurez tout en 120 pages...

    View more presentations from ALTICS.

     

  • 5 erreurs à éviter pour vos emailings

    campagne-solution-emailing.jpgRiche idée de Marketing Professionnel qui publie une liste de conseils à suivre pour mener à bien une campagne d'emailing. Je constate d'ailleurs qu'eux-mêmes ont pompé les infos chez Email Vision... C'est ce qu'on appelle du seeding donc. Pour réviser la leçon "seeding", c'est .
    Je vous en offre ici un rapide condensé, agrémenté de mes commentaires (oui, j'aime assez mettre mon grain de sel partout...).
    - Des messages compliqués
    Vous y passez combien de temps vous sur les mailings reçus dans votre boîte mail ? Quelques centièmes de secondes d'abord et au mieux, quelques secondes si votre attention est accrochée. Evidemment, plus c'est simple et épuré, plus il y a de chance pour que notre oeil accroche. Et puis le trop compliqué techniquement parlant peut parfois tout simplement être bloqué...
    - Pas d'adresse de réponse
    Je déteste les "noreply@", c'est assez brutal et limite malpoli non ? C'est quand même plus agréable d'avoir l'impression d'être contacté par une vraie personne. Vente Privée le fait d'ailleurs excellement bien avec sa fameuse Cécile de Rostand (ah oui, elle n'existe pas, c'est vrai?).
    - Une mauvaise personnalisation
    Vous aussi vous vous êtes déjà appelé Madame xxx dans une mailing mal personnalisé ? Ca donne pas très envie. La personnalisation est une bonne chose, encore faut-il la maîtriser parfaitement. Sinon, un "cher client" fera bien l'affaire.
    - Trop d'images tue le mail
    Et oui, les fournisseurs d'accès bloquent les images. Autant privilégier le texte alors si vous voulez être sûr que le lecteur comprendra l'essentiel de votre message au premier coup d'oeil. Rappellez-vous, l'icône de la poubelle n'est jamais très loin...
    - Un emailing identifié comme un spam
    S'il n'existe pas de règle sûre à 100% pour éviter que l'emailing sur lequel on a planché plusieurs heures soit considéré comme un spam, il existe quand même des conseils de base. Comme éviter absolument les majuscules dans le titre. Ou ne pas utiliser les termes trop racoleurs dans le titre comme "GRATUIT" "OFFERT" "PROMOTION"...
    Il y a encore beaucoup à dire bien sûr mais pour conclure, j'insisterai sur l'attention à apporter au choix du titre. C'est absolument déterminant si l'on veut capter l'attention du lecteur : pas trop long donc, pas trop pub, avec un peu de teasing si possible... Tout cela en un minimum de mots...
    Tout un art donc.

  • Les campagnes d’emailing font leur rentrée

     

    emailing-kiabi.jpgAh enfin, on retrouve depuis quelques jours le Journal du Net en pleine forme. Non parce qu’il faut dire ce qui est, cet été, ils tournaient vraiment au ralenti…
    Donc pour fêter leur grand retour, je voulais saluer leur papier du jour : «
    10 campagnes originales pour la rentrée ». Je l’avais déjà dit ici mais j’aime bien cette approche très concrète et factuelle, qui donne du sens aux grandes théories.
    Pas moins de 80 campagnes axées sur le pouvoir d’achat ont été recensées et plus de 60% des mailings viennent de grandes surfaces (spécialisées et généralistes). Dans les 10 exemples d’emailing cités, j’ai particulièrement aimé la campagne Kiabi.
    Le principe est simple mais efficace : la marque Kiabi a organisé un jeu-concours invitant les mères à faire participer leur enfant à un casting sur le thème :
    "Participez au grand casting du sourire et faites de votre enfant une star". Après avoir mitraillé leurs bambins sur la plage tout l’été et persuadées comme toutes les autres que leur enfant est bien sûr le plus beau, les mères vont sans doute se précipiter sur le site événementiel du concours du plus beau sourire.
    Petit bémol pour conclure, je trouve dommage que l’article ne précise pas les retombées de ces mailings. Mais peut-être que les annonceurs ne sont pas prêts à communiquer ces chiffres ?