Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

budget

  • Les annonceurs se multicanalisent

    Après le Journal du Net, à mon tour de relayer les résultats très intéressant d’une étude On Off Mobile sur la communication multicanal. Premier enseignement : les marques ont définitivement adopté le multimédia. Ainsi 86 % des décideurs du marketing et de la publicité considèrent Internet comme un canal de grande importance et deux tiers d’entre eux déclarent avoir récemment mené une opération de communication utilisant conjointement au moins deux canaux distincts (On et Off, On et Mobile ou Off et mobile). En parallèle, le succès de ces campagnes est confirmé puisque 45% des Français considèrent les messages en multicanal plus clairs.
    L’intérêt que les annonceurs déclarent trouver dans ces stratégies 360° est de toucher leurs cibles à différents moments (74%) et d’élargir leurs cibles (63%). Le multimédia est utilisé comme outil de conquête (55%) plus que comme outil de fidélisation (30%). D’ici 5 ans, les budgets de communication devraient être équilibrés entre le off (51%) et le on et mobile (49%).
    Enfin, il apparaît que les métiers de la communication ont gagné en attrait grâce aux nouvelles technologies. A 64% aujourd’hui contre 37% en 2006, les annonceurs sont effectivement beaucoup plus nombreux à trouver leur secteur ’innovant’.

     

  • Investissez sur le net

    Dans la foulée de ce « papier » sur les dépenses des annonceurs, je vous fais partager cette information trouvée sur Mashable : les campagnes online boostent les ventes des sociétés brick-and-mortar, celles que l’on trouve IRL (In the Real Life… il faut que je pense à limiter ma consommation de mots de communicants qui en jettent).
    Une récente étude ComScore a en effet constaté que la croissance à la suite de la diffusion de publicités sur le web penche en faveur des brick-and-mortar. Le CEO de ComScore constate ainsi : « Sur une période de trois mois, les ventes aux États-Unis ont augmenté de 40% en ligne et de 50% hors ligne parmi les personnes exposées à une recherche en ligne et à l’affichage d’une campagne de e-pub de “branding”… ».
    Résultat, les annonceurs traditionnels ne doivent pas hésiter à annoncer sur le net puisque des campagnes online pertinentes créeront l’acte d’achat autant que sur d’autres média.

  • Les dépenses des annonceurs à la loupe

    Lu ici, les résultats d’une étude France Pub concernant la répartition des budgets marketing/communication des annonceurs. Voilà les chiffres en parts de marché :
    Médias : 36,6 %
    - Presse 13,4 %
    - Télévision 13,2 %
    - Affichage 4,4 %
    - Radio 2,9 %
    - Internet 2,3 %
    - Cinéma 0,4 %
    Hors-média : 63,5%
    - Marketing Direct 29,8%
    - Promotion 15,7%
    - Relations publiques 5,7%
    - Salons, Foires 4,6%
    - Annuaires 3,8%
    - Parrainage 2,7%
    - Mécénat 1,1%
    Au total, Internet représente maintenant 1 milliard d’euros d’investissement et enregistre une hausse des investissements de 36,5% en un an ! Si l’on y ajouter les 180 millions d’euros des campagnes e-mailing, les investissements internet arrivent à même hauteur que la radio. Pas mal pour un média que quasiment personne ne connaissait il y a encore 10 ans !
    On constate encore que les Relations Publiques augmentent elles de 3,4% depuis 2006, ce qui confirme une tendance dont je parlais déjà ici.
    Pour en savoir plus sur cette étude, allez .

  • Les entreprises et leur communication online

    Un article du Journal du Net fait le point sur les dépenses des entreprises sur le net. Premier constat : les annonceurs ont largement  investi les nouveaux média puisqu’ils sont 93% à déclarer utiliser le web dans leur relation-clients et 68% à l’utiliser dans leurs campagnes publicitaires.
    30% des entreprises qui annoncent en ligne aujourd’hui (66% d’ici trois ans) dépensent plus de 10% de leur budget communication sur internet. Les outils les plus exploités aujourd’hui sont encore l’email (83%) et les bannières (73%). D’ici trois ans, les responsables marketing et communication envisagent d’augmenter leurs dépenses sur l’achat de mot-clé, le sponsoring et la publicité vidéo.
    L'e-mailing, déjà très largement utilisé, devrait continuer à séduire les annonceurs même si cet outil est trop souvent associé au spam. Certaines études estiment ainsi que 9 mails sur 10 sont des courriers non sollicités. A sujet, je vous conseille cet avis d'expert au titre évocateur: "l'emailing de prospection va-t-il disparaître?".