Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

argument relations presse

  • 7 mauvaises raisons de faire des Relations Presse

     

    relations-presse.jpgJ’ai ressorti de mes favoris un lien vers cet article d’un site américain : 7 stupides raisons d’embaucher une agence de RP… un billet à mettre entre toutes les mains, notamment de PDG mégalos qui rêvent de faire la Une du Figaro Economie tous les jours (ou presque). J’ai donc adapté cet article à notre culture franco-française, et voilà en résumé les 7 mauvaises raisons d’investir dans les RP :

    1-     
    Etre invité au plateau du journal de 20 heures !
    Oubliez cela, les places sont extrêmement rarissimes, il y a sûrement d’autres médias que vous intéresserez vraiment. Et puis entre nous, inviter un patron sur le plateau du 20 heures, c’est rarement pour parler de bonnes nouvelles (cf Carlos Ghosn chez Renault, les suicides chez Orange… oh pardon chez France Telecom…)

    2-      Passer moins de temps sur les sujets RP
    Là encore, oubliez ! Driver une agence, c’est du boulot. Il y a toute une « éducation » à faire et surtout, il faut la nourrir en informations régulièrement… et être évidemment présent et réactif quand il y a des demandes de journalistes.

    3-      Rémunérer l’agence en actions
    Alors là ce doit être un phénomène très américain, je n’en ai jamais entendu parler en France… Parce que parier sur la hausse du cours d’une action, c’est très risqué par les temps qui courent, non ?

    4-      Embaucher l’agence la moins chère du marché
    On imagine le résultat : petit budget = petite prestation. Il faut quand même investir un minimum si l’on veut que les choses soient bien faites.

    5-      Rémunérer l’agence suivant les retombées
    Et hop, nous voilà revenus au vieux débat qui fait toujours rage dans les RP. Alors pour rappel, une agence a une obligation de moyens, pas de résultats. Et oui, nous ne sommes pas derrière le journaliste à lui sussurer les mots quand il écrit son article, nous ne sommes pas là non plus quand il défend son article auprès de son rédacteur en chef. En revanche, il incombe bien à l’agence de faire tout ce qui est en son pouvoir pour rendre son client visible.

    6-      L’agence s’engage sur un certain nombre de retombées
    Là c’est encore pire, c’est l’agence qui entretient l’idée qu’elle va obtenir tant d’articles pour son client. J’ai vécu ça une fois, en reprenant un dossier RP qui avait été confié à une agence : sur les 100 articles « promis », 95 étaient des copiers/collers de communiqués trouvés sur le web sur des sites inconnus, tout juste bon à relayer des communiqués. Franchement pas professionnel de la part de l’agence, et même carrément malhônnete.

    7-      Avoir des retombées dans le mois qui vient
    A moins d’avoir une annonce extraordinaire (vous avez rencontré un martien ???) ou d’être une entreprise du CAC 40, n’espérez pas avoir de retombées immédiatement. Les relations avec les journalistes se construisent dans le temps, il faut appeler une première fois, expliquer, rappeler, réexpliquer, relancer etc. Le chemin est long, il faut être patient.