Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Humour (noir) marketing

    Un peu d'humour fait du bien parfois...

    x3tde.jpg

  • Je n'achète pas Benetton, je regarde Benetton

    Cette campagne pour Benetton ne me donne peut-être pas envie d'acheter un pull ni rien d'autre de la marque, mais du point de vue communication, elle est vraiment sympa. Il parait qu'elle a vexé quelques esprits chagrins aussi. Et pourtant, elle fonctionne bien non ?

    benetton, campagne UnHate

    benetton, campagne UnHate
    benetton, campagne UnHate

  • Editorial vs publicité… vaste débat

     

     

    original.43154.demi.jpgJ’écris ce billet alors que je lis que EDF vient de décider d’interrompre sa campagne de publicité dans la Tribune suite à un article dérangeant pour EDF au sujet de l’EPR… Ce n’est ni la première ni la dernière fois qu’une entreprise utilise son pouvoir économique pour faire pression sur une rédaction.

     

    Evidemment a priori, on aurait tendance à croire que c’est condamnable. En tout cas, d’un point de vue purement éthique, ça pose question. Evidemment il faut respecter l’indépendance des journalistes et il faut espérer qu’ils puissent écrire en toute indépendance et en faisant fi de toute contrainte économique. Et c’est seulement à ce prix que l’on pourra s’assurer la qualité des informations que l’on lit.

     

    Mais si maintenant, je me place du point de vue de l’annonceur, du communicant qui place une partie de son budget dans ce support… Je peux difficilement ne pas faire le lien entre les 2 n’est-ce pas ? Je crois que c’est encore plus vrai lorsque l’on travaille au sein d’une PME, que chaque euro dépensé est compté et que le communicant est le seul et unique interlocuteur qui négocie la pub d’un côté et discute avec les journalistes de l’autre. On sait combien un « mauvais » article peut être dévastateur… Et quand je parle de « mauvais » article, je ne pense pas seulement à ceux qui critiquent votre business, mais aussi à ceux qui le décrivent mal ou avec des erreurs (oui, c’est du vécu !).

     

    La solution n’est certainement pas d’être aussi radical qu’EDF puisqu’a priori, ça ne va pas aider à reconstruire de bonnes relations avec la rédaction de la Tribune. Mais c’est quand même une situation ubuesque où l’on peut, aussi simplement que cela, mordre la main qui vous donne à manger…

     

     

  • Je roule pour Contrex...

    Enfin, c'est en tout cas ce que la marque d'eau a voulu faire dire à ces jeunes femmes qui passaient ce jour-là devant l'Hôtel de Ville de Paris. Encore une fois, c'est de l'ambiant qui fonctionne bien.
    Tiens d'ailleurs, petite réflexion au passage : c'est moi ou il y a de plus en plus d'actions de pur ambiant marketing ? En fait, je vous pose la question parce qu'hier soir, en voyant à la télé une image de la place de la Concorde, ça m'a rappelé le happening qu'avait fait à l'époque Act-Up en enfilant un préservatif géant sur l'obélisque. Ca avait beaucoup marqué les esprits, notamment le mien de petite lycéenne (c'était au printemps 1992). C'est vraiment le première grosse action de ce type dont je me souvienne et j'ai l'impression que c'est maintenant devenu un truc assez classique chez les communicants. Non ?