Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le marketing n’est plus qu’une affaire de 2.0 ?

    OVERDOSE-PR.jpgLa lecture de la dernière revue de presse de l’Adetem me laisse perplexe. Dans ce « best of du marché » compilé par l’Association des Professionnels du Marketing, il n’y est plus question que d’internet. Jusqu’à overdose j’ai envie de dire. Enseigne participative, rich média, affichage digital… il n’est plus question que d’internet à la sauce twitter et autres foursquare. Du coup, je m’interroge. Beaucoup. Est-ce que vraiment nos métiers demain ne se passeront plus que sur un seul et unique média ? Est-ce que sorti du 2.0 il ne se passe rien dans le pourtant vaste monde des marketeux ? Avec une telle overdose ne risque-t-on pas au contraire de rebuter certains patrons qui se méfient des effets de « mode » (j’en ai déjà croisé) ?
    Je suis la première à défendre ardemment la cause de la communication et du marketing sur le web. Mais franchement, est-ce que l’on peut accepter que tout ne se joue vraiment qu’ici ? Que le marché soit excitant parce qu’en perpétuelle évolution, ok, mais quand même, il se passe des choses ailleurs non ?
    De là où je suis maintenant, j’entends tous les jours parler de programmes de fidélisation, de stimulation, de développement des ventes. Et vous savez quoi ? Et bien mes collègues, j’ai l’impression qu’ils s’en fichent un peu du 2.0. Parce que oui, ils montent des opérations sur le ouèbe mais ne le considèrent que comme un support, un média. Rien d’autres. D’ailleurs, quand je prononce Twitter ou Foursquare devant eux, ils me regardent avec de grands yeux. Et pourtant ça marche pour eux, plutôt même très bien.
    Alors que pensez de tout cela ? Vous qui êtes dans la vraie vie, vous ne vibrez que pour le 2.0 ou d’autres choses vous intéressent ?

  • Et la couleur de l'année est...

    Et oui, la couleur aussi à son prix! Et le Honeysuckle-PANTONE-18-2120-correctedsilo-450x543.jpgmois dernier, c'est le Rose foncé chèvrefeuille qui a été élu Pantone 2011.
    Ce doit être mon côté girly mais il me plait bien. En revanche, même si je l'imagine bien sur un petit pull, j'ai plus de mal à imaginer quelle utilisation corporate et commerciale on peut en faire. A moins d'être sur un produit très féminin, ça va être une couleur difficile à exploiter...

     

  • Ikea dans la rue

    Ils sont forts chez Ikea ! Que ce soit sur le web, dans leur design ou dans l'événementiel, ils réinventent toujours les vieux outils de comm'. C'est exactement ce qu'ils ont fait avec cette opération de "meublage" des abribus parisiens il y a quelques temps. C'est vraiment une idée toute bête mais efficace. J'aime !

    ikea-abribus-paris-3.jpg

  • Le mot de la semaine: le curator

    filtre peugeot( bosse).jpg"Qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ? Je veux être curator."
    Bon là comme ça, c'est surprenant mais les experts nous prédisent que c'est le genre de conversation que l'on aura avec nos enfants d'ici 5 ans. Donc, histoire d'être à la page avant eux (pour une fois!), voilà une définition du curator (ce mot est horrible...). Selon Rohit Bhargava, expert 2.0, le curator est quelqu’un qui continuellement trouve, regroupe, organise et partage le contenu en ligne le meilleur et le plus pertinent sur un sujet. En résumé, c'est quelqu'un qui nous vient en aide pour démêler tous les millions d'informations qui regorge sur le net en en extrayant le plus intéressant et le plus utile.
    Une question qui me vient d'abord, c'est : qui paye et qui embauche ces gens-là ? Google (tiens, encore lui), les entreprises pour leur veille, les détectives privés ? En creusant un peu, je me rends compte que comme 99% des bloggeurs, les curators seront bénévoles et feront ça pour mettre en valeur leur expertise.
    Le bloggeur et le community manager sont morts ! Vive le curator !