Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ce n'est pas de la pub, c'est du cinéma

    Alors si, si l'on m'avait dit qu'un jour je bloggerais avec autant d'enthousiasme une pub pour aspirateur ! Regardez cette vidéo, c'est de l'art. Et la référence à ToyStory 3 n'enlève rien. Voyez par vous-même !

  • Adieu CBNews

    1078.jpgEt oui, le magazine qui a bercé mes années d’étudiante en comm’ et qui parfois a jalonné ma vie professionnelle n’est plus. Décision du Tribunal de Commerce jeudi dernier, c’est fini, on peut faire ses cartons et éteindre la lumière.
    Première chose que ça m’évoque, c’est que c’est triste. C’est toujours triste quand un titre de presse disparaît. Un peu comme si avec lui la voix de ses journalistes, leurs opinions, leurs news, leurs scoops mourraient. On se prive d’un point de vue. Intéressant ou non. Vous me direz, pour ouvrir grand leurs bouches, il y a les blogueurs communicants. Oui bien sûr, mais ce n’est pas pareil, la démarche n’est pas la même. Quand on porte une carte de presse, on se doit normalement à un minimum d’objectivité, de validation de l’information…
    L’autre réflexion que je me fais, c’est que même s’il faisait partie de mon paysage professionnel, CB News n’était pas franchement un titre dans lequel je me reconnaissais. J’ai toujours eu l’impression en le feuilletant qu’il parlait seulement aux caricatures de pubards et communicants parisiens, les Beigbeider et autres figurants de 99 Francs. Moi, petite communicante provinciale, je ne jongle pas avec des millions d’euros, je n’ai jamais acheté de spot pub TV et mes événements ne s’adressent pas à 15'000 invités. Peut-être que ce que je fais au quotidien, c’est de la communication à 360° mais je n’arrive pas à m’approprier cette expression pompeuse. Peut-être que je vouvoie les journalistes, mais ça ne m'empêche pas de travailler avec eux. Peut-être que j’assiste parfois à des cocktails professionnels, mais ce n’est jamais seulement pour claquer des bises. Bon je caricature là mais vous voyez où je veux en venir.
    J’ai lu ça et là que la mort de CB News marquait la fin des « années pub ». Je crois que c’est vrai. On est passé à une communication pragmatique, inquiète du ROI et dans l’échange avec ses publics. C’est peut-être cette marche-là que CB News a raté non ?

     

  • L'art du réseautage

    On parle beaucoup trop des réseaux sociaux, ... Facebook, Viadeo et compagnie. Ici par exemple. Mais finalement, si l'on y réfléchit bien, le réseautage n'a pas attendu le web pour être un excellent levier commercial. C'est pour cela que j'ai trouvé intéressante cette présentation qui remet bien le réseautage offline et online au même niveau.
    Et oui, que ce soit dans la vraie vie ou sur le web, les liens que l'on tisse au fur et à mesure des rencontres sont souvent le meilleur moyen de se faire connaître et de recruter des clients. Ancestral mais toujours aussi efficace.
    Bonne lecture !

  • Les marques sur les réseaux sociaux by Performics

    Ca faisait longtemps qu'une étude n'était pas sortie pour nous décortiquer l'usage des médias sociaux par les internautes français ! En voilà une nouvelle réalisée par Performics, qui nous apprend quelques infos intéressantes :
    - Près de 60% des internautes visitent des espaces dédiés aux marques. Parmi eux, le tiers devient fan d’une de leurs pages Facebook. J'en déduis que le public est quand même largement passif sur internet. Consulter des informations sur un produit oui, cliquer une fois pour devenir fan pas trop... Ca en dit long sur la difficulté que peuvent rencontrer les annonceurs lorsqu'ils veulent activer et animer leur communauté...
    - Autre info: les annonceurs envisagent de plus en plus le digital à travers une stratégie marketing et communication "globale". Nous y voilà enfin ! Non le web n'est pas un no man's land où une marque peut vivre sa vie complètement indépendemment de ce que l'on fait offline. Si l'on ne veut pas perdre en cohérence et donc, ne pas perdre son public, mieux vaut tout envisager globablement et décliner ensuite par support. Oui d'accord, ça devient peut-être moins sexy que les supers opérations de buzz d'il y a quelques mois et quelques années, mais ça a le mérite de faire moins pshiiiiiiiiit et de suivre une logique certaine... Enfin j'dis ça...
    Allez, je vous laisse avec toute l'étude. Bonne lecture !