Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le mot de la semaine : l'emo-journalisme

    Tout est dans le nom : l'emo-journalisme... Difficile d'ignorer ce "phénomène", surtout quand les éléments ont décidé de se déchaîner sur l'un des points les plus pauvres du globe. Faire du sensationnel avec de l'information, voilà un mélange bien détonant.
    Les américains sont passés maîtres en la matière, il suffit pour cela de voir les exploits du "Chief Medical Correspondent" de CNN, qui est sur tous les fronts à soigner un bébé en pleine rue d'Haïti devant les caméras...
    Rassurez-vous (ou pas), la France n'est pas en reste. On a vu dans un JT de France2 il y a quelques jours une équipe de journalistes venir au secours d'un orphelin blessé dans les ruines de son orphelinat.
    Que faut-il en penser ? Bien sûr, les journalistes sont des hommes et des femmes comme les autres. Ils sont pour là pour témoigner, rapporter des faits mais j'imagine aussi, qu'une fois sur place, confrontés à l'horreur de ce qui les entoure, ils peuvent aussi parfois réagir avec leur coeur. Je l'entends. Mais là où cela devient dangereux, c'est lorsqu'ils décident de filmer ces scènes-là, ces moments de vie où ils n'agissent plus comme reporters mais comme une personne touché par le sort d'une autre.
    Qu'est-ce que cela nous apporte, à nous, spectateur bien impuissant face à toutes les images que l'on nous balance ? A part la larme à l'oeil (et c'est sûrement l'enjeu) ? Rien.

  • Cet homme est un chien

    affiche campagneOIP.jpg


    Qu'est-ce que vous en pensez, vous, de cette campagne pour l'Observatoire International des Prisons ? Bon déjà, le message est fort, et c'est clair qu'il retient notre attention. Donc en ce sens, c'est gagné.
    Sur le message en revanche, je suis moins sûre qu'il soit évident. « Si ça peut vous aider à donner, dites vous que cet homme est un chien » . Ca m'aidera à quoi à assimiler un homme en prison à un chien ? Si c'est un appel au dons, ça veut dire que si je suis capable de m'émouvoir pour un chien enfermé à la SPA, je dois aussi pouvoir être touché par le sort d'un prisonnier ? Je ne sais pas... On n'est pas touché de la même manière quand même... Du coup, je ne suis pas sûre de comprendre... d'autant qu'il n'est pas non plus évident tout de suite qu'il s'agit d'un appel au dons. L'explication que j'ai lue sur le site ne m'aide pas beaucoup plus.
    Dites, est-ce que j'ai vraiment du mal à comprendre (mon côté blonde peut-être) ou est-ce qu'effectivement, le message n'est pas si évident ?

  • Un site officiel de marque ne suffit plus

    bloxx_community_management1.jpgCe n'est pas moi qui le dit, c'est Fadhila Brahimi, une référence en matière de personal branding. Elle a donné une interview très intéressante que je vous encourage à lire sur le blog "Carnet de Com" que je découvre pour l'occasion. L'interview est pleine de conseils très pratiques et plein de bon sens pour bien gérer sa propre identité sur internet.
    Mais le passage qui m'a le plus intéressé, c'est celui concernant le community management pour les marques. L'idée n'est pas nouvelle, mais ça va mieux en mettant les choses noir sur blanc et de manière aussi tranchée : "Un site officiel ne suffit plus. La marque doit aller vers le client". Tout est dit dans ces quelques mots qui sous-entendent la forte influence des réseaux sociaux, le fait que les consommateurs puissent maintenant se faire entendre autant (voire plus) que les marques elles-mêmes, l'interaction qu'il existe maintenant entre une marque et son public.
    Le site vitrine est morte, vive les réseaux sociaux !

  • Le mot de la semaine : fluxer

    cyberdépendance.jpgVous fluxez vous ? Parce que moi, oui, beaucoup et plusieurs fois par jour même. C'est simple, j'ai du mal à m'en passer plus de 24h... Et si je suis honnête avec moi-même (et du coup avec vous, chers lecteurs), je dois bien fluxer au moins une heure par jour.
    Est-ce grave ? Est-ce je dois consulter ? Meuuu noooooooooooonnn. Vous rigolez ou quoi ? Vous espérez peut-être que je vais dévoiler ici un vice inavouable ? Attention, j'ai entendu parlé de personal branding, alors je fais un peu attention à ce que je raconte quand même.
    Donc rassurez-vous, quand je fluxe, je ne fais rien de grave. Je ne fais que lire les flux rss de mon Google reader. C'est ma petite veille en ligne quoi.
    Je trouve amusante la sonorité de ce énième nouveau terme inventé par ces e-marketeux décidémment toujours très en forme. Et il y en a encore plein d'autres comme adworder, ereputer, netiquetter... Je vous laisse toutes les découvrir, ça peut servir pour vos prochains dîners en ville.