Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La tyrannie du temps réel

    Merci à Stéphane d'avoir remis au goût du jour cette intervention de Paul Virilio dans l'émission "Ce soir ou jamais". La tyrannie du temps réel est un vrai sujet d'actualité... Il suffit de voir l'agitation sur Twitter dès que survient un événement : mort de Mickaël Jackson, disparition du vol Rio-Paris, tremblements de terre en Italie etc. Une catastrophe vient en remplacer une autre, on passe en communion d'une émotion à une autre. Pour le meilleur... ou pour le pire ?

  • Philips vs le soleil

    Je partage pleinement l'enthousiasme de Hush-Hush pour la dernière vidéo vantant les mérites de ces réveils-matin extrêmement chers qui reproduisent la lumière naturelle de l'aube pour nous réveiller en douceur (comme si c'était possible!). Des petits malins de chez Philips ont eu l'excellente idée de tester le produit sur Simon-le-coq. Et le résultat est vraiment réussi. J'adoooore. D'ailleurs, je vous laisse, je vais me le revisionner immédiatement...

  • Fondre pour Orangina... ou pas

    Merci à Sandrine qui a relayé cette amusante opération de street marketing pour Orangina. Le week-end dernier, dans les rues de Paris (et pourquoi encore et toujours dans la capitale?), de gros cubes de glace aux couleurs d'Orangina étaient posés dans certaines rues. Et pour les plus intéressés curieux, il fallait attendre que fonde la glace pour récupérer les goodies à l'intérieur : t-shirts, chapeaux, affiches etc.
    Autant, et je ne suis pas la seule, je n'aime pas du tout leur campagne qui met en scène ces animaux sexy, autant je trouve que là, l'idée est bonne et originale. Pas vous ?

    orangina.jpg
  • Dieu de la colle

    Encore une fois, c'est de l'autre côté de l'Atlantique que l'on s'amuse avec humour et finesse de la religion. Et surtout, l'avantage produit est clairement mis en avant. Vous voulez comprendre, regardez plutôt :

    Merci à Henri, jamais à court de publicités !