Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La faute au net

    Allez pour ce lundi, je vous propose de commencer la semaine en douceur et en humour. Merci à Read Write Web que je découvre pour l'occasion!

    084-internet1237553531.gif


     

     

  • Contents d'aller au travail avec Jobfact

    Quelle excellente idée ! Le site Jobfact, qui vient tout juste de se lancer, a eu la bonne idée de faire une opération de street marketing... en plein milieu des manifestations de la semaine dernière. En détournant les messages des revendications, ils s'affichent fièrement sous la bannière : "J'aime mon travail". 

    J'aimerais bien être celle qui a eu la bonne idée de cette opération. En l'espace de quelques jours, cette marque quasiment nouvelle arrive à faire parler d'elle dans un univers très concurrentiel. Et encore une fois sur une campagne ultra-efficace, c'est tout simple et ça ne nécessite pas un budget de plusieurs milliers d'euros. Quelques banderoles et des bombes de peinture tout au plus...
    Chez Jobfact, ils n'ont pas (encore) de pétrole, mais ils ont des idées ! Bravo à eux.

  • Et le Dieu du marketing, il existe ?

     

    Franchement, y'a pas à dire, la religion, c’est quand même plus rock’n’roll de l’autre côté de l’Atlantique.
    Tout a commencé au Québec par une offensive d’une association qui promeut l’athéisme. Ils se sont tout simplement payés une campagne de pub sur les bus locaux avec un message clair: “"Dieu n'existe probablement pas. Alors, cessez de vous inquiéter et profitez de la vie". Regardez plutôt ce que ça donne ici :

    dieu1.jpg

    Là où ça prend une tournure encore plus intéressante, c’est quand l’Église elle-même décide de répondre par une campagne dans la presse ! Regardez, ils ont de l’humour et c’est même efficace :
    dieu2.jpg

    À quand la même chose dans nos belles contrées? Jamais, j’en ai peur.
    Et merci à Infopresse pour avoir relayé l’info.

     

  • Le mot de la semaine: le branding sensoriel

     

    img-1386.jpgWalt Disney disait: "Les gens dépensent de l’argent quand ils se sentent bien”. Précurseur et visionnaire le Walt, il parlait déjà de branding sensoriel sans le savoir (vraiment). Du quoi? Le branding sensoriel. C'est simple, cela consiste à utiliser tous les sens du consommateur pour enrichir son expérience de la marque, et créer avec celui-ci un lien fort, presque intime. En clair, les arguments rationnels pour vendre un produit ou un service ne suffisent plus, il faut offrir au client une expérience de vie, idéalement du sensationnel !
    Un exemple? Rolls Royce a fait créer un parfum qui évoque les vieilles voitures luxueuse, une odeur unique composée d'effluves de bois d'acajou, de cuir et d'essence. Dans chaque voiture qui sort de leur usine, un diffuseur installé sous le siège diffuse ce parfum. A quand les diffuseurs d'odeurs de Mac Donald dans les rues pour nous y faire précipiter ou justement se payer un bon restaurant ?
    Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous sur l'article de Marketing Professionnel.