Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les Polonais, extrémistes du street marketing

    iphone.jpgIl fallait oser, les Polonais l’ont fait. Mais de quoi elle parle vous demandez-vous ? Comment ça, vous avez réussi à passer à côté de l’info ?
    Bon alors, parce que je suis sympa, je vous fais une petite séance de rattrapage en ce vendredi après-midi. Pour faire du buzz autour du lancement de l’iPhone, la filiale polonaise d’Orange a embauché des figurants pour simuler des files d’attentes et faire craindre les ruptures de stock aux futurs possesseurs !
    La démarche est d’ailleurs complètement assumée parce que le porte-parole de la société a déclaré : « Il s'agissait d'une action de marketing. Nous avons trouvé que c'était une stratégie intéressante. Le but était d'attirer l'attention des gens. Les personnes dans les files d'attente informaient les passants sur l'iPhone ».
    Chocking ? Funny ? Perso, je trouve ça assez malin. D’autant que l’entreprise est transparente sur son petit stratagème. Alors comme on dit là-bas, « avowed winy, pół odpuszczone » !

  • Du rififi dans le petit monde des attachés de presse

    OS02065.jpgAïe, aïe, aïe… Pendant que certains se la coulent douce au camping à débattre de choix cornéliens (saucisse ou merguez ?), un véritable scandale est venu secouer la communauté des attachés de presse en plein été.
    Pour une fois, un peu d’originalité, on échappe au fameux débat sur l’obligation de moyens ou l’obligation de résultats. Ouf.
    Bon, j’arrête de faire peser sur vos épaules cet insoutenable suspens et j’en viens aux faits découverts sur Categorynet. Au cœur de cette affaire à rebondissement : un événement sur le thème « Comment communiquer efficacement avec les journalistes ? » organisé par les sociétés Augure, Press Index et Hors Antenne, trois prestataires de services en Relations Presse, notamment très utilisés par les agences de RP. Objectif affiché de la conférence : présenter la première solution packagée pour la gestion des RP.
    Le hic ? Parce qu’hic il y a : les organisateurs ont omis d’inviter leurs agences de RP clientes mais n’ont pas oublié d’inviter les clients de celles-ci !!! En résumé (mais ce n’est que mon interprétation des faits bien sûr), ils se sont servis de leurs agences-clientes pour tenter de leur rafler leurs comptes en proposant une offre concurrente. Classe n’est-ce pas ?
    Cela n’a donc pas manqué de mettre en émoi les professionnels des Relations Presse qui sont immédiatement montés au créneau. Ainsi, Paul Gillet de l’agence Elektron s’interroge sur Categorynet : « Serait-on en train de proposer à nos clients de disposer de l’ensemble des outils nécessaires à la gestion de base de l’activité RP ? Est-il légitime qu’un partenaire commercial effectue une démarche auprès des comptes que nous avons inscrits chez Press Index sans que nous en soyons informés ? ». Pour lui, la réponse est toute trouvée : « Nous avons choisi d’inscrire tous nos nouveaux clients chez les concurrents de Press Index… moins de crabes dans ces paniers-là…»
    Ce qui me plaît beaucoup, c’est la réponse de Press Index : « C’est aux annonceurs que cette présentation s’adressait et non pas aux professionnels de la communication et des RP auxquels nous ne prétendons pas avoir quelque chose à apprendre ». Allez hop, un peu de pommade pour faire passer la pilule, on ne sait jamais, ça peut peut-être marcher ! Mieux encore, ça continue avec : « Vos clients n’auraient pas du être contactés et nous le regrettons sincèrement mais cela n’est rien de plus qu’une erreur de gestion de cet événement entre nos différents services et les intervenants ». Une erreur de gestion de l’événement ? Heu, là, on aurait presque l’impression qu’ils se moquent des agences non ?
    Ah comme c’est beau le monde des communicants et cet esprit si confraternel entre professionnels de la profession !

  • Le blog d’entreprise, un outil indispensable

    On le sait, depuis le débarquement du ouèbe sur nos écrans, la vie des communicants n’est plus la même. Le métier vit révolution sur révolution… ou presque (j’en fais trop là ?). Bref, il fût un temps finalement pas si éloigné où il fallait se battre en interne pour que les directions soient convaincues qu’il leur fallait un site internet. Ca vous fait sourire maintenant ? Ben oui, moi aussi.Sauf qu’aujourd’hui, les communicants continuent de jouer les évangélisateurs… plus pour la création de site (enfin, j’espère pour vous, parce que là, sinon, faut penser à démissionner !), mais pour que les annonceurs adoptent de nouveaux outils. Le blog d’entreprise en est un, je pense même qu’il est primordial.
    Pourquoi ? Et bien, pour toutes les raisons très bien évoquées aujourd’hui dans un billet du blog 2803. Bon d’accord, je m’en sors bien en laissant le gros du travail aux autres, mais la note est tellement bien écrite que je n’ai rien à ajouter. Je vais résumer en quelques mots les bénéfices du blog d’entreprise selon Henri : faire du marketing, communiquer, fédérer et vendre. Dans les commentaires de cette note, une internaute en ajoute encore :
    influencer, informer, réseauter, se souvenir, apprendre, se définir, être vu, provoquer.
    Ce billet devrait quoiqu’il arrive vous donner quelques billes pour agrémenter l’argumentaire de votre présentation powerpoint que vous présenterez bientôt au ‘’codir’’ !
    Je terminerai cette note avec un exemple particulièrement réussi de blog d’entreprise, celui de Matelsom !

  • Lecture recommandée aux femmes

    Attention, je préfère vous prévenir, ce post est vivement déconseillé à toutes celles d’entres vous qui ont l’âme un tantinet féministe. Et oui, je veux vous parler d’un livre dont j’ai ‘’entendu’’ parler chez PRowl Public Relations. Au départ, je n’ai pas été tout à fait choquée, non, mais au moins étonnée. Ce blog nous propose de découvrir un livre qui donne des trucs aux femmes pour être plus efficaces dans la gestion de leur carrière.
    D’abord, je me suis demandé pourquoi faire la différence entre hommes et femmes. Et finalement, à la lecture des extraits et en repensant à des exemples concrets (les miens, ceux de mes copines et de mes collègues), je me suis rendue à l’évidence. Effectivement, certaines réactions professionnelles sont particulièrement féminines comme (liste non-exhaustive) :
    - éviter d’entrer dans les jeux politiques de l’entreprise
    - avoir besoin de reconnaissance
    - ne pas se mettre assez en avant
    - chercher la perfection etc.
    C’est ultra-caricatural, je vous l’accorde, mais ça donne les grandes lignes. J’en ai lu quelques extraits sur Amazon et j’ai trouvé quelques passages intéressants. Exemple : « N’ayez jamais l’impression de déranger vos collègues en vous répandant en plates excuses quand vous les interrompez dans leur travail. Demandez-leur directement ce pour quoi vous êtes venu les voir, c’est tout. »
    Bon, je ne suis pas encore décidée à acheter ce livre, mais j’avoue, j’y pense. Ca me fait quand même trop penser à ces bouquins de coaching à la sauce américaine style, « S’organiser, c’est facile » ou encore « Comment plaire en 3 minutes ».
    Et vous, dîtes-moi, vous l’achèteriez ce livre alors ?